Des nouvelles de la ferme (suite à l’affaire Lubrizol)…

Message du 14/10/2019 de Sophie et Cédric, nos agriculteurs des Jardins d’Héricourt :

Bonjours à tous,

Des nouvelles depuis l’affaire Lubrizol. Cela fait deux semaines maintenant que les livraisons sont perturbées à cause de l’arreté préféctoral en lien avec l’incendie de Rouen.

Il est essentiel que nous gardions un lien et que l’on communique sur tout ce que nous avons fait depuis ces deux dernières semaines.

Nous avons tenu à maintenir les livraisons en partageant l’entiereté de nos récoltes à nos AMAP. Nous avons du décaller les nouveaux contrats car notre production sous abrit n’est pas assez conséquente pour satisfaire plus de monde qu’avant le sinistre Lubrizol et nous ne voulions pas vous décevoir.

L’un de nos client en Ruche a ouvert une cagnotte en soutiens https://onparticipe.fr/cagnottes/2QUQVEGA

J’ai choisi de vous relater sous forme de chronologie ce que nous avons fait depuis le 30/09 et les avancées du dossier sous ses différentes dimensions.

Le 30/09 Arrêté préféctoral nous interdisant la commercialisation de nos produits.

Le 01/10 Réunion avec le préfêt de l’oise pour nous exposer la situation de mesure de protection et de consignation des productions animales et végétales. Requête de notre part pour nos légumes cultivés sous abri. Analyse des fumées afin d’identifier les polluants présents. Prélévements par les autorités d’échantillons de végétaux et sols dans les territoires concernés.
Arrêt de nos deux contrats saisonniers. Passage en activité partielle de nos 3 CDI.

Le 02/10 modification de l’arrêté, autorisation de vendre les légumes cultivés sous abri.

Le 04/10 Prélevement par des agents de la préfecture des échantillons de nos légumes de plein champ (3kg de choux et 3 kg de courgettes envoyés à Nantes, Bordeaux, Paris). L’agent nous prévient que nous n’aurons probablement jamais accès aux résultats de nos échantillons. Que nous serons juste informés de la levée ou de la poursuite de l’arrêté préféctoral.

Le 04/10 Réunion entre agriculteurs avec les agents de la préfecture et les syndicats agricoles concernés par l’arrêté afin que chacun expose les conséquences de l’arrêté préféctoral sur son activité (perte de clientelle, perte de chiffre d’affaire, perte de production, licenciement ou mise en activité partielle des salariés, évacuation des denrées contaminées comme le lait…)

Nous n’avons à ce jour aucune information concernant les analyses effectuées par les autorités compétentes sur les territoires touchés ni sur notre exploitation.

Le 11/10 Réunion entre agriculteurs avec les agents de la préfecture et les syndicats agricoles afin de discuter de nos besoins en indemnisation. De la particularité de notre exploitation et défendre nos intérêts car nous sommes une petite exploitation peu mécanisée nécessitant beaucoup de main d’oeuvre. Nous travaillons exclusivement en circuit court. La barême d’indemnisation est établit à l’hectare, sur la base des exploitations agricoles mécanisées. Nous trouvons injuste d’être indemnisé sur ces bases. Notre centre de comptabilité nous appui pour faire valoir une majoration du barème d’indemnisation pour les maraîchers.

Nous sommes toujours dans l’attente de la levée de l’arrêté préféctoral et n’avons aucune indication de sa durée.
La presse disait que les résultats devaient arriver en fin de semaine dernière. L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) doit rédiger son rapport, le remettre au ministre pour que les décisions soient prises.

Nous attendons avec impatience de pouvoir vous livrer tous nos bons légumes qui attendent au champ !

Les commentaires sont impossible.